Diagnostic plomb > Précisions

Historique de l’usage du plomb :

Grâce a sa malléabilité et sa résistance à la corrosion, le plomb à été l’un des premiers métaux travaillé. Utilisé jusqu’en 1948 pour la protection qu’il apporte aux supports en particulier dans les pièces humides, il se présente sous la forme de céruse (carbonate de plomb). Le plomb était utilisé pour la fabrication de peinture et d’enduits. Réputé nocif, il est à l’ origine de dysfonctionnement de la reproduction et de problèmes neurologiques. Le vecteur de transport du plomb dans l’organisme est le sang. L’absorption ce fait essentiellement par voie pulmonaire, digestive, cutanée.

 

Dysfonctionnements organiques liés au plomb :

L’ingestion de plomb peut entrainer de nombreux risques pour la santé et plus particulièrement chez les jeunes enfants : Toxicité et neurotoxicité cellulaire, effets sur le développement cérébral chez l’enfant, effets sur le système nerveux de l’adulte, sur l’appareil reproducteur et les organes vitaux.

 

Le diagnostic plomb existe grâce à la lutte contre le saturnisme :

Cette lutte mise en place, se décompose en 2 parties, législative et réglementaire :

La partie législative régis par les articles L1334-1 à L1334-12 et L1331-1 ayant pour but de lutter contre la présence de plomb dans les peintures et issus du code la santé public (CSP). Ces différents articles définissent ce qui suit :

  • Dépistage du saturnisme chez l’enfant
  • Méthodologie de la réalisation d’un diagnostic
  • Vérification des lieux après travaux
  • Le propriétaire assume les couts et l’accès aux locaux
  • le constat de risque d’accessibilité au plomb (CREP)
  • Vente d’immeuble ou parties d’immeuble à usage d’habitation avant 1949
  • Diagnostic plomb à joindre au bail lors de la location
  • Maintenance ou travaux sur les parties communes
  • Réalisation obligatoire de travaux
  • Transmission du CREP au préfet
  • Mesure conservatoire en cas de travaux
  • Modalités réglementaires